Padoue

22-25 octobre 2020

Padoue

22-25 octobre 2020

16 oct.

LES FERRARI DE COURSE : UNE EXPOSITION EXCLUSIVE À PADOUE

in: VOITURES D'ÉPOQUE
images/4657/375-barchetta-pininfarina-1-2.jpg
375-barchetta-pininfarina-4-2
375-barchetta-pininfarina-2-2
375-barchetta-pininfarina-3-2
375-barchetta-pininfarina-5-3
ferrari-monza-sp1--paris-motor-show-2018
ferrari-monza-sp1--paris-motor-show-2018-2

Essentielles, rapides, belles : les coupés Ferrari marquent le début du Cheval cabré dans les courses. 8 modèles de grands collectionneurs internationaux exposés à Auto e Moto d'Epoca. De la 166 MM de Gianni Agnelli exposée par le MoMA à la dernière incroyable Ferrari Monza SP

Essentielles, rapides, belles, les « coupés » apparaissent à la fin des années 40 : des spiders légères de course, sans capote ni superflu et avec un petit pare-brise pour minimiser l'impact avec l'air. Une recette efficace qui permet de dominer dans les années héroïques des Mille Miglia, de la Targa Florio et de bien d'autres courses historiques.

Par définition, les coupés sont des voitures de compétition extrême, produites en très peu d'unités, chacune d'entre elles faisant aujourd'hui partie de l'histoire des sports passés et pas seulement. Ferrari, en particulier, lie les débuts de son histoire sportive à ce type de voiture d'exception, et c'est précisément aux coupés du Cheval cabré qu'une exposition exceptionnelle est consacrée à Auto e Moto d'Epoca à Padoue du 24 au 27 octobre.

La plus « ancienne » parmi celles exposées à Padoue sera la Ferrari 166 Mille Miglia Touring de 1950 qui fut de Gianni Agnelli, puis vendue en Belgique et, plus tard, mise en course par Olivier Gendebien. Plus tard propriété du grand collectionneur de Ferrari et ancien pilote de Formule 1 Jacques Swaters, la voiture a été exposée au MoMA à New York et à la Nationalgallerie à Berlin comme modèle de design italien. En 2015, elle a été l'une des stars du Concours d'Elégance à Villa d'Este.


C'est un modèle particulier également parce qu'elle est liée à la naissance du surnom de « barchetta » (petit bateau en italien). En fait, Agnelli lui-même, devant les formes polies des 166MM exposées au Salon de Turin en 1948, s'exclame « Mais ce n'est pas une voiture, c'est un petit bateau ! » Un commentaire rapidement enregistré par le journaliste sportif Giovanni Canestrini (l'un des créateurs des Mille Miglia) puis repris par Bianchi Anderloni (propriétaire de la Carrozzeria Touring à Milan) pour définir la version décapotable de la 166 MM, réalisée pour les Mille Miglia de 1949. Depuis lors, le terme « barchetta » est entré dans l'histoire des moteurs, indiquant l'ensemble de la catégorie des décapotables de la course automobile, et a été utilisé récemment pour des modèles exclusifs produits en séries limitées.

À l'autre extrémité de l'exposition, en effet, il y aura l'une des dernières Ferrari Barchetta, la SP Monza, fondatrice d'un nouveau concept de série limitée fabriqué à Maranello appelé 'Icona' et inspiré des légendes des années 50, alliant technologie avancée et design évocateur.

Entre la 166 MM et la nouvelle Monza, il y aura de nombreux exemples rares et avec des palmarès incroyables exposés dans le Pavillon 3 d'Auto et Moto d'Epoca à l'Arena ACI. Parmi eux : 340 MM Vignale, 375 MM Pininfarina, l'une des quatre 857 S jamais construites, la Ferrari 750 Monza, la 500 Mondial et bien d'autres, jusqu'à la plus récente Barchetta 550 ; toutes avec une histoire à raconter, à Padoue, pour faire battre à nouveau de nombreux cœurs au rythme des courses.